Qu Les métiers de la scène Lexique Accueil Opéra de Québec
Les composantes Les voix Les grandes maisons d'opéra Historique de l'opéra à Québec La production d'un opéra

Qu’est-ce qu'un opéra ?


Le terme italien opéra signifie littéralement « l’œuvre ». Il explique à lui seul l’ambition de cette forme qui prend ses origines au XVIe siècle : unir tous les arts en une seule œuvre. Selon les époques, théâtre, poésie, danse ou vidéo participeront à ce spectacle total qui repose sur deux éléments clefs : la voix et la musique. Il est né en Italie, à la cour de Marie de Médicis et Henri IV, à l’occasion de leurs noces. Bien qu’une première œuvre datant de 1600 est parvenue jusqu’à nous, l’opéra s’inscrit dans l’histoire en 1607 avec l’Orféo de Claudio Monteverdi : considéré comme le premier chef-d’œuvre de l’opéra.

Dans cette nouvelle forme vocale, on alterne chants et surtout paroles sur fond musical. Rapidement, l’opéra se développe. En Italie, il se construit autour de l’art du chant, le bel canto, et du soliste. En France, avec Lully puis Rameau, le ballet est privilégié : à travers l’opéra-ballet.

Le bel canto (en italien, beau chant) est l’appellation pour désigner le style italien de chant où, dans les mélodies composées d’une manière brillante, l’accent est mis sur la beauté du son et sur l’exécution du virtuose. L’apogée du style du bel canto fut atteint vers les 1830-1840 à l’époque des Rossini, Bellini et Donizetti.

C’est au cours de la première moitié du XVIIIe siècle que les deux principaux genres d’opéra virent le jour. L’opera-seria (opéra sérieux) s’oppose ainsi à l’opera-buffa, plus populaire, plus facile, à caractère de farce et de gaieté et chantant des Italiens. On utilise le terme opera semiseria pour qualifier un type d’opéra tenant à la fois de l’opera seria et de l’opera buffa (milieu XIXe). Il oppose généralement deux mondes, celui des aristocrates au paysans… Les Noces de Figaro et Don Giovanni de Mozart relèvent de l’esprit semiseria sans avoir pour autant été ainsi désignés à l’époque. À l’époque l’expression dramma giocoso s’appliquait.

L’opéra-comique naquit de l’opera-buffa ; malgré son nom, il peut traiter de sujets dramatiques (Carmen de Bizet). Comme le Singspiel (L’Enlèvement au sérail de Mozart), il contient des dialogues parlés qui le distinguent nettement du « grand opéra », prolongement du style de l’opéra-seria.

Dans l’opéra romantique, les airs sont utilisés comme thèmes que l’on retrouve généralement dans l’Ouverture et qui se développent davantage dans l’opéra, au cours de l’intrigue. En Italie on parle de melodramma, en Allemagne d’opéra romantique allemand et en France de grand opéra qui est sans récitatifs parlés. Il désigne une œuvre sérieuse où dominent les choeurs et les ballets.

Le réalisme ou vérisme est un genre d’opéra italien traitant de la « vie réelle ». Mascagni (Cavalleria rusticana) et Leoncavallo (Pagliacci) sont des exemples incontestés, même si certaines autres œuvres d’autres compositeurs sont écrites dans l’esprit du vérisme.

L’opérette est un opéra comique au contenu nettement léger et souvent parodique, où l’intrigue est exprimée par une musique légère et séduisante entrecoupée de dialogues parlés.

Les Américains ont créé un nouveau genre : la comédie musicale. Celle-ci prend sa source au jazz et la musique y est populaire. Généralement les héros personnifient la classe populaire ou bourgeoise.


Haut de page