Qu Les métiers de la scène Lexique Accueil Opéra de Québec
Les composantes Les voix Les grandes maisons d'opéra Historique de l'opéra à Québec La production d'un opéra
 
Les voix


Page 1 de 3 : Les solistes
Page précédente Page suivante
 

L’opéra est un spectacle complexe, destiné à créer une sorte d’illusion par le jeu combiné des différents arts qu’on y retrouve. Mais, dans l’art lyrique, c’est la voix qui, en tout premier lieu, touche le public. La marque d’un grand chanteur est sa capacité d’amener une bonne voix à communiquer le message et l’émotion portés par le texte et la musique.

Lorsqu’un musicien ravit son public, peu d’auditeurs sont conscients du travail technique et des défis à surmonter pour produire un beau son, et cela est bien ainsi. La voix exerce toutefois une fascination particulière, parce qu’elle est un instrument que tout le monde possède, et qu’elle dépend de l’état physique et émotionnel de l’artiste. La présence du langage (et des voyelles) est un autre aspect qui la distingue des autres instruments de musique, puisque la couleur ou le timbre de voix peuvent être modelés selon les exigences musicales du texte. L’opéra exige une voix capable de dominer un orchestre et de se faire entendre dans une salle de 1 000 à 3 500 places selon les villes (Québec : 1 800 places).

La création d’une telle voix exige des années de formation. Contrairement aux athlètes et aux instrumentistes, les chanteurs atteignent en général leur maturité après l’âge de 25 ans et peuvent mener des carrières durant un quart de siècle ou davantage.
La formation de la voix est l’une des démarches artistiques les plus exigeantes, du fait que son mécanisme échappe à la vue.

Les voix se classent en six grandes catégories : soprano, mezzo-soprano et contralto pour les voix féminines, ténor, baryton et basse pour les voix masculines. Toutefois, on retrouve à l’intérieur de ces catégories plusieurs variantes déterminées par divers facteurs tels le caractère des rôles, le timbre, la puissance et le degré d’agilité de la voix. Étendue, souplesse, timbre et puissance sont les quatre termes essentiels pour bien comprendre les variantes d’une catégorie à l’autre.

L’étendue se définit comme étant le registre des notes couvertes par une voix de l’extrême grave à l’extrême aigu. Le timbre est la couleur même de la voix, il est en relation avec ses qualités vibrantes, la puissance ou la souplesse, face aux vocalises.

Aux trois sortes de voix - aiguës, moyennes et graves - correspondent souvent des rôles types.


Haut de page